Les psychotraumatismes ont des effets directs sur les impliqués, mais aussi des effets sur ceux qui leur viennent en aide. Ces effets commencent à être connus sur les soignants (on parle d’exposition vicariante), mais ils sont beaucoup moins étudiés sur l’entourage familial (conjoints, enfants), sur les membres d’associations (pairs souvent eux-mêmes impactés à un moment de leur vie par un événement traumatique), sur les professionnels de secours (pompiers, forces de l’ordre) ainsi que sur les journalistes chargés de couvrir les scènes de violence.


Le CN2R aura à explorer ces dimensions moins connues par la recherche pluridisciplinaire afin de pouvoir proposer des recommandations. 

Partager sur :